Isabella Preston

Isabella Preston

Felicitas Svejda at the opening of the explorer roses garden at the Central experimental farm

Felicitas Svejda 

Photo: Courtoisie de Shirley Cumming

L’hybridation des plantes consiste en un croisement de deux plantes génétiquement différentes pour en former une troisième avec des attributs différents et pour lesquels on montre une préférence. De tels croisements génèrent de nouvelles combinaisons génétiques. Bien que l’hybridation soit courante dans la nature, c’est l’approche systématique que les humains ont adoptée qui a contribué aux progrès les plus importants. La Ferme expérimentale centrale jouit d’une longue histoire et d’une excellente renommée dans le domaine de la reproduction des plantes, ce qui a d’ailleurs mené pour une part à l’établissement du système agricole expérimental en 1886.

L’hybridation des plantes au Canada s’est faite principalement dans le but d’en améliorer la rusticité et de créer de nouveaux hybrides mieux adaptés au climat et aux conditions du sol au Canada. De plus, une recherche constante se poursuivait dans le but d’obtenir des cultures avec un rendement plus élevé et des plantes ornementales, des arbustes et des arbres qui seraient mieux adaptés aux conditions locales ou plus attrayants pour les jardiniers canadiens.

L’hybridation est un travail de longue haleine qui exige des efforts, du temps et de la patience. Un grand nombre de graines peuvent êtres rassemblées et mises en terre, mais généralement, on observe la croissance de quelques-unes seulement. Il faudra compter plusieurs années avant que les semis ne développent des bourgeons ou que les caractéristiques de la plante deviennent apparentes. On doit aux hybridateurs canadiens le succès remporté dans les domaines de l’agriculture et du jardinage. Ils ont mis au point des plantes destinées aux conditions climatiques du pays et répondant aux demandes des Canadiens. Ils ont transmis un riche héritage.

Lisez-en plus