Histoire

Les origines de la Société horticole d’Ottawa

La Société horticole d’Ottawa de nos jours existe depuis 1892 bien que les origines dans la ville datent depuis l’année 1854.

 La Société horticole d’Ottawa 1854-1859

La SHO prend ses racines dans une époque où la Ville d’Ottawa était intégrée. La première SHO était organisée le 9 mars, 1854 lors d’une réunion présidée par le maire Friel à l’hôtel de ville. L’honorable Thomas McKay (1792-1855) était nommé le premier président (mais il a refusé). La Société était principalement impliquée en la tenue des expositions jusqu’à 1859, quand la baisse des nombres d’exposants et de bénévoles pour travailler les expositions la menait dormante.

 Royal Horticultural Society of Ottawa (La Société horticole royale d’Ottawa) 1862-1866

La Société horticole royale d’Ottawa était organisée en 1862 par les membres de la SHO précédente et l’avaient géré jusqu’à l’année 1866. Bien que ce n’est pas confirmé, il est possible que la Société pourrait avoir fusionné avec le Ottawa Agricultural Society (la Société agricole d’Ottawa) pour quelques années.

La Vallée de la Société horticole d’Ottawa 1871-1880

 La Vallée de la Société horticole d’Ottawa était organisée en 1871 par les membres de la Société horticole royale d’Ottawa précédente. La Société fonctionnait au moins jusqu’en 1880. Quelques membres de cette Société ont plus tard servi dans la Société actuelle.

L’établissement de la Société actuelle : 1892

En automne de 1892, un groupe de citoyens dirigeants et d’hauts fonctionnaires se sont rencontrés à l’hôtel de ville pour planifier le lancement d’une société horticole locale. Leur objectif était de créé une Société qui donnerait des renseignements sur comment cultiver des fruits, légumes et fleurs ainsi que comment fournir des conditions appropriées pour des expositions des produits venants des jardins des membres durant la propre saison.

La réunion inaugurale s’est passée le 17 janvier, 1893 et se comportait d’une trentaine d’hommes qui assistaient à une conférence sur les meilleures techniques horticoles les plus récentes. Les frais d’adhésions étaient fixés à un dollar en 1893 et, malgré les changements de valeur, ils étaient soulevés seulement à deux dollars en 1966.

Les premières réunions de la Société étaient principalement pédagogiques pour enseigner le jardinage aux membres. Par exemple, en juillet 1893 les membres ont assisté à une conférence sur les fraises, suivie par une table ronde. Un exposé en 1901 discutait le lis doré du Japon. Peu d’entre nous fait pousser ce dernier ces temps-ci, quoiqu’il serait aussi beau aujourd’hui qu’il était en 1902.

La Société organisait des expositions par des jardiniers locaux bien-connues à l’époque tel que M. R.B. Whyte. Au début du vingtièmes siècle M. Whyte possédait un jardin de demi acre remarquable à Sandy Hill, où il poussait le pavot d’Islande, le pavot d’orient, l’hémérocalle, l’ancolie et l’iris ainsi que cultivait un beau jardin de fleurs sauvages. L’Horticulteur pour le Dominion du Canada, Dr. W.T. Macoun était un supporteur actif et président de la Société pour un an. Dr. Macoun apportait de nouvelles plantes pour les présenter afin de renseigner les jardiniers.

En 1897, l’ancien Gouverneur générale du Canada lord Aberdeen a montré un vif intérêt à la Société et est devenu son premier Président d’honneur. Cette tradition s’est perpétué et la plupart de nos trophées plus précieuses ont été données par l’incombe siège du gouvernement. Par exemple, la Madame Vanier Bowl éveille une forte concurrence parmi les arrangeurs de fleurs supérieurs à notre exposition de tulipes.

La Société a commencé immédiatement à cultiver des connaissances de l’horticulture à Ottawa. En 1893 elle a publié une brochure qui listait les meilleurs légumes annuels et pérennes pour la région d’Ottawa. Ces derniers soulignaient comment faire pousser des fleurs et légumes. De plus, elle distribuait des graines et offrait des prix considérables. En 1903, des jardiniers juniors accordaient une attention particulière. Des feuillets de géranium étaient attribués aux juniors avec des prix pour les plantes de meilleures formes et le plus grand nombre de fleurs. Des années plus tard, un de nos membres, Jack Carr, offrait des discussions radiophoniques à midi d’une vieille station sur la rue Somerset. En 1916 le livre intitulé Ottawa, A City Of Gardens (Ottawa : une ville de jardins) a été publié pour la société par R.B. Whyte.

Les premiers membres visaient aussi à l’embellissement d’Ottawa et, en travaillant avec le département de Parcs et loisirs, ont entreprit plusieurs projets qui seraient actuellement considérés comme la responsabilité du gouvernement locale. Un projet majeur réalisé par la Commission nationale avant la tournée du XXe siècle était la planification des plantations pour la rive ouest du canal Rideau. Autrefois, le canal n’était rien d’autre qu’un fossé avec un chemin d’halage battu de côté, puisque les murs en maçonnerie n’étaient pas encore construits sauf aux écluses. L’embellissement des berges du canal était une amélioration importante pour la ville.

Lors de la Première Guerre mondial, la Société a formé le Vacant Lot Association (l’Association du terrain vacant). Elle a développé des jardins innombrables et a fourni des graines, plantes, le travail (au besoin) et des conférences pédagogiques pour démontrer comment « cultiver la terre et gagner la guerre ».  Après la guerre, la Société s’est concentrée sur ses projets d’embellissement. En 1918, les jardins de l’Hôpital protestant sur la rue Rideau étaient les premiers à être ressemés. Ensuite, les lits de fleurs au Plant Bath (Bain de plantes) sur la rue Preston étaient développés. La Grande Crise des années 1930 a vu la Société aider les Relief Gardens for the Unemployed (Jardins de secours pour les chômeurs). Les terres de la rue Range et Mann avenue derrière de l’Hôpital Civic, et à Main avenue et River Drive étaient divisées en lots. Encouragé par la nécessité, les jardins privés et affectations publics ont accordé une grande importance.

Puis, une autre guerre est survenue avec les War Gardens (Jardins de guerre). Les membres de la SHO ont procuré des terres publiques, payé pour les outils agricoles et fournit le savoir-faire pour ceux qui étaient connus comme les Victory Gardens (Jardins de victoire).

Dans les années précoces de 1950, la plantation publique était menée pour démontrer l’opportunité d’utiliser les bons bulbes, graines, plantes et les meilleures pratiques culturelles. La Société a planté des plantes annuelles au Bon compagnons et a construit des paysages remarquables au Exhibition du Canada Central. Plus tard, les membres de la Société ont donné plusieurs heures de leur temps pour aider le domaine Billings à réorganiser les lits de fleurs et planifier une restauration des jardins patrimoniaux de 1930. De plus, la Société a présenté sa première politique d’arbres de rue officielle aux élus de la ville d’Ottawa et a fait beaucoup d’efforts pour promouvoir l’adoption du Trillium comme la fleur emblème de l’Ontario.

Dès 1902, des membres ont commencé à s’occuper des jardins de l’Hôtel de ville qui existait alors près du Centre nationale des arts actuel. En 1967, la Société paysageait et plantait une zone spéciale du terrain de l’Hôtel de ville sur Green Island. Des plantations annuelles (tels que la plantation de 66 roses en 1986) et l’entretien procédait jusqu’à 1990 quand l’expansion et la reconstruction de l’Hôtel de ville nécessitaient de récupération tant de jardin de distribution que possible ailleurs.

Les membres de l’SHO ont aidé dans la plantation thérapeutique à Saint Vincent’s Hospital (Hôpital Saint Vincent), Abbotsford House (Maison Abbotsford) et le Rehabilitation Centre (Centre de réhabilitation). Chaque année, ce dernier cultivait des jardins extérieurs conçus pour être accessibles aux patients en fauteuils roulants. Les projets récents de la Société incluent les jardins au Perley and Rideau Veterans Health Centre (Centre de santé des anciens combattants de Perley et Rideau), Georges Vanier Catholic Elementary School (L’École élémentaire catholique de Georges Vanier) et l’Hospice à May Court.

La Société organise des expositions ou compétitions de fleurs depuis ses débuts. La première exposition était tenue à la fin de mai 1893 avec des exposés et tables rondes sur les fleurs printanières. Les premières expositions étaient tenues à St. Johns Church Hall, maintenant révolu mais anciennement situé au sud du l’Édifice Cannaught sur l’avenue Mackenzie.

La Société organisait une vie nomade pour plusieurs années. Lors de la Seconde Guerre mondiale elle s’est tournée vers la générosité du propriétaire du Cinéma Capitol sur la rue Bank à Queen pour trouver de l’espace dans une ville changé pour l’effort de la guerre. Le Cinéma Capitol nous a permis de garder notre équipement sur leur estrade et on organisait la plupart de nos expositions de fleurs. Notamment les Early Spring Show (Exposition printemps précoce) qui présentait un exposé remarquable de fleurs printanières du siège du gouvernement et le June Rose Show (Exposition June Rose) qui coïncidait avec des modes estivales. On a maintenant trouvé un établissement à l’Aréna Tom Brown où on tient des réunions mensuelles.

Après un siècle de croissance et évolution, la Société a une ressource constante de puissance : son peuple. Pour les sociétés horticoles ces derniers ne sont pas seulement des expositions et des projets, ce sont des personnes. Ils rassemblent d’autres gens qui sont intéressés à cultiver de meilleures légumes, à améliorer leurs pelouses et embellir leurs maisons et leurs villes. La Société était fondée par des gens qui se préoccupaient de créer un meilleur environnement ici dans notre ville bien avant que la phrase « développement durable » fût inventé. Les gens de la Société horticole d’Ottawa – nos membres ont gardé la Société jeune et croissante pour bien plus que cent ans.